• • 07 •

    • 07 •

     

    Éva n'était pas dupe, si son frère ne lui avait pas répondu un peu plus tôt quand elle était arrivée dans l'appartement, c'est que quelque chose le tracassait. Et il ne fallait pas être devin pour savoir ce que celui-ci pensait encore à ce ''fauteur de trouble'' et ''Petit copain en toc'' d'Evan.

     

    • 07 •

     

    Evan était bien dans cette position, installé entre les jambes de sa sœur qui lui caressait la tête sachant très bien qu'il adorait ça. Le silence lui suffisait, mais Éva n'était pas de cet avis. Il fallait qu'elle lui dise ce qu'elle pensait de Brady, même si elle allait se répéter. Ce n'était pas la première fois après tout qu'ils avaient cette conversation.

    Éva cherchait ses mots, ne voulant pas dire encore une fois la même chose, ce qu'il avait déjà entendu auparavant. Non cette fois-ci, il fallait qu'il entende d'autres mots. Éva savait très bien quelle personnalité avait Evan. Bien qu'ils étaient jumeaux, tous les deux n'avaient pas du tout le même caractère. Si Éva avait été à la place de son jumeau, cela ferait longtemps qu'elle aurait envoyé ''ce petit ami en toc'' se faire pendre.

    - Je sais à quoi tu penses. Lui avoua-t-elle en lui frottant nonchalamment la tête.

    - Je sais que tu sais. Lui avoua-t-il à son tour en inspirant bruyamment. 

     

    • 07 •

     

    Même s'il était bien dans cette position. Evan s'assit, laissant sa sœur faire de même, même si celle-ci paraissait frustrée. Il savait qu'elle allait entamer la conversation et il ne voulait pas l'entendre. Mais à quoi bon de fuir quand on a une sœur du style d'Éva qui est capable de faire un scandale si on bouge de sa place et si ne veut pas l'écouter. elle était capable du pire.

    - Alors tu attends quoi pour rompre avec lui ? Lui demanda-t-elle.

    Il ne répondit pas. Elle savait qu'il était trop amouraché de ce fauteur de trouble.

     

    • 07 •

     

    Elle inspira bruyamment à son tour puis se leva pour aller dans sa chambre.

    - Tu sais quoi ? Tu m'énerves. Ne viens pas pleurer s'il te fait encore une misère. Tu l'auras cherché. Il n'y a pas marqué psychologue sur mon front. Lui dit-elle frustrée du mutisme de son frère.

    - Je ne t'ai rien demandé cette fois-ci. Grogna-t-il n'ayant pas bougé d'un poil.