• • 59 •

    • 59 •

     

    Nathan et Izaac arrivèrent en bombe dans le bureau d'Asher, alarmés par ce dernier qui ne faisait que de se plaindre au téléphone, pour en fin de compte le retrouver le sourire aux lèvres, se foutant royalement de leur gueule. Ce dernier les avait convoqués, suite à leur nouvelle cargaison qui venait enfin d'arriver après quelques semaines de préparation, de plans et d'attente.

     

    • 59 •

     

    Asher les attendait comme à son habitude, cette fois-ci debout collé au mur, bras croisés et le regard rivé vers la porte d'entrée quand celle-ci s'ouvrit, les garçons n'aillant pas pris la peine de toquer avant d'entrée.

    - Vous voilà enfin, vous en avez mis du temps.

    - C'est sûr que quand on est pas dans la ville on ne peut pas aller plus vite que la musique. Râla Nathan. Alors la cargaison ?

    - Du calme mollusque, tu t'es levé du mauvais pied ou quoi ? Demanda Asher sous l'ironie. Apparemment lui était de bonne humeur. Pour la cargaison, il faut aller retrouver Brady à l’entrepôt ce soir. Donc soyez prudents avec les flics sur la route. Ils ne nous rateront pas s’ils nous suspectent.

     

    • 59 •

     

    - Comme d'hab. Comme si tu parlais à des débutants. Rugis le blond alors qu'Asher lui sourit. Il ne savait pas ce qu'il avait et s'en contre fichait pour le moment. Tout ce qui l’intéressait, c'était la drogue qui allait lui permettre de toucher encore plus d'argent.

    - Wahh Asher tu es serein ce soir, ça fait un bail qu'on ne t'a pas vu dans cet état. Ricana Izaac avec un sourire narquois sur le visage. Qu'as-tu fait cette semaine pour avoir l'air si heureux ?

    - Mystère et boule de gomme. Dit-il en faisant claquer sa langue dans sa bouche.

    - Bah vas-y raconte.

     

    • 59 •

     

    Asher n'eut pas le choix que de raconter sa rencontre avec la fille biologique de Mathieu. Et plus il en parlait et plus ses comparses ouvrirent grand les yeux. C’est vrai que cette rencontre était une pure coïncidence. Asher était allé là-bas pour décompresser de sa journée. Bon il était clair qu’il le faisait souvent, sortir de la sorte. Mais jamais au même endroit et jamais dans des petites boîtes de nuit innocentes.

    - Attend, attend ! Tu dis que tu étais au Red Lyon samedi ? Et pourquoi je ne t'ai pas vue ? Interrogea Izaac, presque rêveur.

     

    • 59 •

     

    Et bien entendu son expression n'était pas passée inaperçue de Nathan qui malgré sa mauvaise humeur du jour avait remarqué le petit sourire dessiné sur les lèvres de son ami.

    - Toi tu t'es trouvé une nouvelle gonzesse. Lui cracha-t-il en pleine figure.

    Asher, alarmé par ce que venait de dire le blond leva les yeux vers les deux le sourire aux lèvres.

    - Tu comptais nous le cacher longtemps ?

    - Ce n'est un secret pour personne. Marmonna-t-il pour lui seul.

    - Et on peut savoir qui c'est ? On la connaît ? Une strip-teaseuse ?

     

    • 59 •

     

    Il allait répondre, mais la porte du bureau s'ouvrit dans un fracas, les faisant ainsi sursauter et se retourner d'un seul coup vers le perturbateur. La bonne humeur d'Asher s'en alla d'un seul coup, laissant au passage un regard froid et impassible. Celui qui faisait en général quand il avait Abby dans son collimateur. Surtout que sa tenue en ce jour était… bien provocatrice.

     

    • 59 •

     

    - Que fais-tu là Abby ? Demanda-t-il à l'intruse.

     

    • 59 •

     

    - J’arrête ! Je romps avec toi.

    Les deux comparses explosèrent de rire d'un seul coup et le brun lâcha un simple sourire amusé. Il se leva de sa chaise puis s’avança un petit peu pour lui faire face s’appuyant ainsi sur son bureau décalant avec son derrière la mallette posée dessus.

     

    • 59 •

     

    - Tu n'as pas encore compris qu'on a jamais été ensemble toi et moi ? Questionna Asher dépité par cette imbécile au corps sublime mais au cerveau déformé.

    Celle-ci grimaça venant de se prendre la honte de sa vie devant les deux potes de son coup. Elle sourit intérieurement, à vrai dire elle n'en avait rien à faire de ce qu'il pensait d'elle ou même de la honte qu'elle venait de se prendre. Elle devait finir sa mission une bonne fois pour toute, quitte à risquer sa vie.

     

    • 59 •

     

    - Ainsi soit-il. Pesta-t-elle. Enfin bref, juste pour te dire que ce n'est plus la peine de me chercher. Je ne veux plus rien avoir à faire avec toi.

    - Déjà, tu baisses d'un ton. Et c'est moi qui décide de quand tu arrêtes et de quand tu commences. Répliqua-t-il fou de rage à l'instant même.

    Elle savait qu'il allait réagir comme ça, mais ce n’est pas pour ça qu'elle n'allait pas lui tenir tête.

    - Quoi qu'il en soit, je me casse.

    Elle sortit en bombe du bureau sous le regard ahuri des deux comparses qui venaient d'assister à une scène amusante.

    - Je pense que c'est sa période de règle. Informa Izaac à deux doigts d'exploser de rire.