• • 33 •

     

    - J'ai jamais dit que je reviendrais un jour. Tu ne veux pas non plus que je reprenne mes études. Rajouta Asher sur un ton ironique. Il était à deux doigts de s'énerver. Et pourtant, il y avait trop de monde pour qu'il envoie son géniteur sur les roses. 

     

    • 33 •

     

    - Pourquoi pas ? Demanda Tobias sur le même ton que son fils. Tu as 21 ans plus 18, tu devrais au moins réagir comme tel. 

     

    • 33 •

     

    Pour ne pas s'énerver, Asher se leva de sa chaise. C'est vrai que la relation qu'il avait avec son père n'avait jamais été très fusionnelle et ça depuis l'arrivée de la belle-mère dans leur vie. Cette belle-mère qu'il haïssait plus que sa propre vie. Cette belle-mère qu'il considérait comme une grippe-sou. Il aurait dû la tuer il y a un bon moment déjà.

    - Abby, on y va. Lâcha-t-il. La blonde se leva aussitôt sans rechigner et suivit le brun hors de la maison laissant derrière lui le reste des invités à qui il n'avait même pas pris le temps de dire au revoir. 

     


  • • 34 •

     

    Quelques heures plus tard, le repas s'était terminé dans une tout autre ambiance, tout le monde avait quitté la villa des Wilson pour rentrer chez eux juste après le repas.

    Cindy Scott n'en revenait pas de ce qui avait bien pu se passer chez monsieur le maire. Elle jurait pourtant qu'il y avait une ambiance hors du commun lors du repas et un lancement de regards électrique entre le père et le fils Wilson. Elle avait même demandé à son mari pourquoi le père et le fils ne s'entendaient pas. Même son mari n'avait pas pu lui répondre ne connaissant pas la famille, qui pourtant était la famille la plus riche de Brooklyn.

    Puis, Cindy en était venue à parler de la jeune fille qui était venue au bras du fils Wilson. Cette jeune fille qui était hautaine. 

     

    • 34 •

     

    - Abby Turner. Tu crois que c'est sa fille ? Tu crois qu'il est revenu avec elle ? Demanda Cindy à son mari en se démaquillant.

    - Je n'en sais rien. Peut-être que c'est sa fille, peut-être pas. Après tout il peut y avoir plein de Turner en Amérique. Lui dit calmement son mari allongé sur leur lit conjugal attendant patiemment que sa femme ait fini de se démaquiller et vienne le rejoindre.

    - Non, impossible. Elle avait les mêmes yeux que cette traîtresse. Si elle est de retour, je ne répondrai plus de rien. Le visage de Cindy se crispa rien que de parler d'une femme qui l'avait poignardée dans le dos.

    - Attention à ce que vous dites madame Scott, vous savez que je peux vous faire enfermer si vous faites quoi que ce soit ? Demanda son mari avec ironie. 

     

    • 34 •

     

    Elle finit ce qu'elle était en train de faire avant de rejoindre son mari sur leur lit. Elle s'approcha de lui et prit une pose sexy. Hum.. si ça ne tenait qu'à lui, ils seraient déjà sous la couette en train de faire des galipettes. Il fit comme si elle n'était pas à ses côtés et regarda un point invisible se trouvant sur le placard en face de lui.

    - Hum... monsieur l'inspecteur, seriez-vous en train de me faire des menaces ? Demanda-t-elle.

    - Non, c'est un avertissement madame la femme de l'inspecteur. Lui dit-il en voulant l'embrasser mais elle l'en empêcha, elle avait une idée derrière la tête, pas la plus belle qui soit.

    - Sérieusement et s'il savait pour les jumeaux ? Et s'il voulait les récupérer ?

    - Tu vas trop loin là. Il connaît même pas leur existence. 

     


  • • 35 •

     

    - Ne dis pas de bêtise. Tu sais très bien qu'à l'époque il était très malin et savait quand je lui cachais quelque chose ou quand je mentais. S'il nous surveillait ? S'il faisait son coup en douce pour nous reprendre les jumeaux ? Il est hors de question qu'il me les arrache Franck.

    - Chutt, arrête de crier, les enfants sont juste à côté. Il se mit en tailleur pour faire face à sa femme qui s'était relevée, désespérée. Tu te fais un peu trop de films parce que tu as vu la copine du fils de ton patron. Qui te dit que c'est sa fille ?

    - Elle a les mêmes yeux que cette pétasse. Elle était enceinte avant moi, je te signale. 

     

    • 35 •

     

    Franck se leva pour aller rejoindre sa femme et la prit dans ses bras. Il savait au fond de lui qu'il se pourrait que les personnes que sa femme méprisait au plus profond d'elle soient de retour. Mais lui ce qu'il appréhendait et ce dont il avait énormément peur c'était qu'il revienne et lui prenne tout ce qu'il avait construit avec la femme qu'il aimait. Qu'il récupère sa femme et ses enfants. 

     

    • 35 •

     

    Il n'avait plus aucun mot à dire. Il savait aussi qu'un jour ou l'autre les jumeaux allaient savoir la vérité. Il valait mieux qu'ils l'apprennent de leurs bouches plutôt que de celle de quelqu'un d'autre. Mais pourvu que ce que sa femme avançait était pur mensonge et qu'ils pourraient avancer dans leur vie comme ils l'avaient toujours fait jusqu'à présent.