• • 48 •

     

    Abby n’en revenait pas des confessions de son père. Elle savait que sa mère n’était pas une sainte et ça depuis ce qu’elle avait fait à son professeur d’école il y a quatre ans.

    - Donc, ce que tu veux me dire, c’est que maman, t’a menacer pour que tu restes à ses côtés et qu’elle t’a poussé à lui passé la bague aux doigts ? Non, mais franchement, c’est réellement absurde. Je sais que maman est un peu garce quand elle si met, mais je ne la vois pas faire ça. Ce que tu avances est un peu… Surréaliste, tu es sur de ce que tu dis ? Dit moi la vérité, maman n’est pas ce genre de personne, elle ne ferait même pas de mal à une mouche. Enfin de mon point de vue.

     

    • 48 •

     

    - Pourtant c’est la vérité. Répondit Mathieu. Tu voulais la vérité, je te l’ai dit, ta mère peut être très effrayante quand elle si met. Si tu ne fais pas ce qu’elle veut, elle te le fera payer. 

    - A vrai dire, je ne l’ai jamais réellement vue a l’œuvre, je me souviens qu’un jour je me suis plein de mon professeur de math, elle est allé régler l’histoire et du jour au lendemain on en a plus entendu parler. Maman c’est toujours comporté comme une mère le ferait avec moi. Alors je ne comprends pas, explique moi comme peut-elle être un vrai monstre ?

    - Ta mère est comme ça car elle a toujours été jalouse de ce que posséder sa petite sœur. Elles ont deux ans de différence. A l’époque ta mère et moi faisons partie des populaires, sa sœur était ma meilleure amie. Ashley a donné tout son essence pour pouvoir bousiller sa vie. Ashley était la beauté du collège tandis que sa sœur était l’intello. Deux personnages très différents. Mais malgré toute la haine que lui porter Ashley, sa sœur la vénérer comme si elle était le dieu en personne. 

     

    • 48 •

     

    Tout en parlant avec sa fille, Mathieu réfléchissait. Il se demandait si il devait dire toute la vérité à propos des jumeaux, qu’il en avait vendu l’un des deux jusqu’à qu’il le coince. Il était retissant et avait peur qu’elle lui en veuille ou lui fasse des reproches. Mais au point où il était partie, il se devait de toujours dire la vérité à sa progéniture. 

     

    • 48 •

     

    Il la détaillait encore un peu. Sa fille avait changé, mûrit, elle était devenue une femme. Il savait qu’elle restera tout de même sa petite fille chérie quoi qu’elle fasse. Il pensa tout d’un coup au jumeau et se demanda si ça aurait été la même chose s’il les avait vus grandir comme il avait vue grandir Abby. Pourtant il savait que les jumeau avait été conçu avec amour, pas comme Abby. 

    - J’ai… J’ai quelque chose de très important à te dire. J’ai fait semblant d’avoir emprunté de l’argent à Asher et je ne l’ai jamais utilisé et rendu. Mais vu que je n’ai jamais pu le coincé, je me suis laissé un délai d’un an et j’ai vendu en quelque sorte Eva… 

     

    • 48 •

     

    - Que… Quoi ? Tu n’es pas sérieux ? Eva n’a rien à voir dans cette histoire. Tu embarques une adolescente.

    - Jusqu’à temps qu’on le coince. On pourra la sauver juste après.

    - Tu as intérêt que ça marche, je suis responsable de cette affaire. Dit-elle n’ayant pas envie d’avoir des histoires.

     


  • • 49 •

     

    Au même moment, alors qu’Eva était en train de danser sur la piste de danse avec son frère et ses amies, elle vit un homme qu’elle reconnut au loin. Asher Wilson, le fils du patron de sa mère. Elle s’approcha de lui et se pencha en avant pour voir si elle n’avait pas halluciné, après tout, il ne l’avait pas laissé indifférente.

    - Tu es tout seul ? Demanda-t-elle avec un demi-sourire collé au visage.

     

    • 49 •

     

    Il souleva la tête en sa direction, n’ayant pas reconnu la voix angélique de la jeune fille. Et quand il vit la beauté qui était à ses côté, il but une gorgé de sa boisson purement alcoolisé. Du Whisky.

    - Oui et toi, tu es toute seule ? Ce n’est pas bien pour une jeune fille comme toi de traîner toute seule dans les boîtes, tu risques d’avoir des ennuis avec tous les mecs louches du coin. Argumenta-t-il ne la lâchant pas du regard.

    Il avait reconnu la jeune fille qui était chez ses parents quelques jours auparavant. Lui qui ne faisait jamais attention au visage des gens, avait reconnu Éva sans aucun problème.

    - Non, je ne suis pas toute seule.

     

    • 49 •

     

    Comme un flash, il se rappela aussitôt de la photo que l’un de ses employés avait mise sur sa table un peu plus tôt. La jeune fille que Mathieu Turner voulais vendre : Sa fille. Belle occasion pour se rapprocher de la jeune fille et en savoir un peu plus sur elle, même si il avait mis quelques-uns de ses employés pour en savoir plus. 

    - Tu n’es pas toute seule ce qui veut dire… ? Demanda Asher. 

    - Je suis avec mon frère et mes amies. Avoua Éva. C’est mon anniversaire aujourd’hui, enfin celui de mon frère aussi…

     

    • 49 •

     

    - Tu… Tu as un frère jumeau ? Enfin, je l’ai vu au repas la dernière fois, mais je pensais que c’était juste ton grand frère ou ton petit frère. Pas que vous êtes égales. 

    - A vrai dire, je suis la plus grande, il est né à cinq minutes d’intervalle après moi. Donc ouais, c’est mon petit frère. Et toi, Daphné… ?

     

    • 49 •

     

    - C’est ma demi-sœur. On n’a pas la même mère. Jennifer est ma belle-mère qui m’a en quelques sortes élevé. Dit-il en grimaçant. Mon père c’est remarié quand je n’étais qu’un petit garçon. D’où tu connais Daphné, elle ne m’a jamais parlé de toi par le passé. 

    - Oh, on est dans le même lycée, dans la même classe. Elle ne voulait pas dire aussi qu’elle la détestait plus que Brady Hopkins et vu la grimace atroce qu’elle faisait Asher avait deviné qu’elle ne l’aimait pas beaucoup et qu’elle s’était abstenue de dire des atrocités sur elle en sa présence. 

    - Tu ne l’aime pas, hein ? 

    - Ah vrai dire… Non, je ne l’aime pas, je la trouve fausse. Avoua Éva. Enfin, c’est ta sœur, je ne voudrais pas trop être méchante devant toi, car avec toi elle doit être un vrai petit ange, mais au lycée, c’est une réelle peste riche et prétentieuse qui veut tous s’accaparer en partant par mes amies et mon frère. Heureusement pour moi que je ne me laisse pas faire. Je ne voudrais pas être méchante avec elle devant toi et que je me retiens. Je n’ai pas envie de l’insulté en ta présence alors qu’on ne se connait à peine…

     

    • 49 •

     

    - Oulah… Trop de rancœur en toi. C’est vrai que c’est ma petite sœur, mais je ne suis pas toujours derrière qui elle fréquente. Je sais très bien qu’elle a des ennemies, on en a tous d’ailleurs. Et même si c’est ma petite sœur et que je l’adore, je ne dirais rien parce que je sais que c’est une peste de naissance. Dit-il en souriant à la jeune Scott qui était tout au plus choqué qu’il ne prenne aucunement sa défense.

     

    • 49 •

     

    Éva n’était qu’une inconnue pour lui et pourtant avec tout ce qu’elle vient de déblatérer sur Daphné Wilson, elle pensait qu’il allait la réprimander, voir l’intimider. Elle ne pensait qu’il n’était pas de son côté, après tout Daphné était sa sœur et son sang. Face au bel homme qui se tenait à ses coté, Éva ne savait plus quoi dire maintenant, totalement bouche bée. Il l’avait sortie de son mutisme en l’invitant à dansé. Et sous le regard des autres, Éva suivit le beau Asher sur la piste devant son frère étonné de la voir en compagnie de ce qu’il avait reconnu être Asher Wilson.

     


  • • 50 •

    ***

    • 50 •

     

    Que se passe-t-il quand vous voyez votre soit disant petit-ami dans les bras de votre rival ? 

    C’était ce qu’il s’était passé pour Evan ce soir qui ne s’attendait pas à voir Brady Hopkins assis tranquillement dans le sous-sol du Muse assis entre les jambes de ce bon à rien de Morgan Donovan, ce frimeur de pacotille.

    Il fallait qu’il prenne l’air, une bonne bouffé d’air frais. 

    Mais tout ce qu’il avait, c’était une bonne bouffé de chaleur étant en été et qu’il faisait chaud.

     

    • 50 •

     

    - Evan attend. Ce n’est pas ce que tu crois. C’est… Commença Brady étant sortie au moment où il avait vu Evan. Ce dernier lui avait directement coupé la parole. 

    - Toujours le même baratin.

    - Ecoute-moi au moins ! Morgan, il… il… Ah merde, pourquoi je m’explique, alors que je ne l’ai jamais fait ? Tu sais quoi, tu as raison, sauve-toi comme tu l’as toujours fait !

    - Non mais j’hallucine, tu te prends pour une victime là ?

    - Dit celui qui fuit toujours quand il est devant une difficulté. Marmonna le châtain, Evan souleva les yeux au ciel…

     

    • 50 •

     

    - Tu te fou de ma gueule, là j’espère ? 

    - Non pas du tout, je ne suis pas le seul à savoir ça, n’es ce pas Evan. 

    - Je… Je viens de te voir dans les bras d’un autre, l’aurais-tu oublié ?

     

    • 50 •

     

    - Certes… Mais tu ne me laisse même pas m’expliquait Evan !

    - Parce qu’il n’y a rien à expliquer Brady ! Tout est dit dans ce que j’ai vu.

    - Justement, non. Ce mit à élever la voix Brady. Tu ne sais rien. Tu ne sais pas pourquoi je suis là avec Morgan. Tu n’as jamais su quoique ce soit de moi.

    - A qui la faute ? Qui es qui, quand j’essaye d’en savoir plus sur lui essaye de s’échapper des conversations ?

    - Parce qu’il y a des questions auquel je ne peux pas y répondre… S’énerva le châtain.

    - Ne me reproche pas d’être curieux, d’accord. C’est tout à fait normal que je pose des questions sur toi, tu es mon mec après tout, quoique que plus maintenant. Éva avait raison, je ne comprends pas pourquoi je te cours après alors que plus je cours après toi, plus tu t’enfuis.

    - C’est ce que tu crois ?

    - Ouais... Je ne comprends pas pourquoi, je devrais te suivre et fermer ma gueule et te laisser faire tout ce que tu veux de moi. C’est bon, je pense que tu as gagné, c’est ce que tu voulais depuis le début.

     

    • 50 •

     

    - Je… D’accord. 

    D’accord ? C’est tous ce qu’il avait à dire ? Il n’essayait même pas de le retenir. A croire qu’Evan n’avait jamais compté pour lui, qu’il n’était qu’un de plus… Sa sœur avait réellement raison, Brady en avait réellement rien à foutre de lui depuis le début. Tout ce qu’il voulait c’était ce foutre de sa gueule. Evan souffla désespérément et quitta cet endroit.