• • 09 •

     

    Le silence régnait dans l'appartement des Scott, un froid glacial s'était installé dans la cuisine, là où était installée Éva. En effet, sa mère était rentrée du travail. Éva et Cindy Scott ne s'entendaient pas. Éva sirotait tranquillement un thé pendant que Cindy, elle, se servait un verre d'eau. La brune détourna la tête quand elle vit sa mère dans la même pièce qu'elle. Cindy soupira, elle avait l'habitude. Elle n'arrivait pas à discuter avec Éva. Dès qu'elle entamait une conversation, ça partait toujours en engueulade. Alors elle avait fixé une nouvelle règle, ne plus s'adresser la parole. Mais aujourd'hui était autre chose. Cindy se devait encore une fois de se prendre la tête avec sa fille.

    - J'ai eu l'appel de ton proviseur, paraît-il que tu as séché les deux derniers cours.

    - Et alors ? Rétorqua Éva n'ayant qu'une envie, jeter sa tasse de thé dans la figure de sa mère, mais tout de même, elle se devait de la respecter un minimum.

     

    • 09 •

     

    La mère d'Éva croisa les bras et se mit en colère. Elle n'aimait pas le ton qu'avait Éva avec elle et même si elle ne disait rien, elle ne put s'empêcher de faire la grimace.

    - Dernières heures de l'année ou pas, tu te dois d'aller en cours Éva. Commença à s'emporter Cindy.

    - Mon diplôme est l'année prochaine, je passe en dernière année alors qu'est-ce que ça peut te foutre si je vais aux derniers cours ou pas ?

     

    • 09 •

     

    Cindy essaya tout de même de se radoucir. Si elle élevait encore la voix, elle risquait de faire venir les voisins. Comme on dit, les murs ont des oreilles.

    - Les cours sont importants Éva.

    Cette dernière n'était pas de cet avis et s'emporta vivement, faisant aboyer le chien de la voisine d'à côté.

    - Tu sais quoi, arrête de faire la mère modèles surtout quand tu ne l'es pas. Dès que tu as envie de me parler, c'est pour me réprimander pour mon comportement. Il n'y a pas que moi qui fais des conneries dans cette baraque, mais c'est toujours moi qui prends. Il faut que tu arrêtes un peu de t'en prendre à moi, surtout que tu es celle qui s'en fout des cours vu qu'elle n'a pas pu aller au bout de ses études car elle a préféré batifoler de droite à gauche et avoir deux mômes qui lui servent à rien dans la vie. Alors excuse-moi, mais ne te mêle pas de ce qui me regarde.

    Cindy était bouche bée face aux mots d'Éva. C'était la première fois qu'Éva faisait de longues phrases et parlaient énormément quand elle s'engueulait avec elle, préférant d'habitude simplement se lancer de petites piques.

     


  • • 10 •

     

    Elles étaient tellement préoccupées à se casser du sucre sur le dos qu'elles n'avaient même pas vu Evan franchir le seuil de la cuisine, venu se chercher à boire. Il les avait regardées une à une et avait soufflé désespérément en les voyant se déchirer pour la... Il n'y a pas de nombre.

    - Sérieusement, il faudrait que vous trouviez une entente toutes les deux. Souffla-t-il aux deux femmes qui se fusillaient du regard. 

     

    • 10 •

     

    - Si elle arrêtait de me les briser, on trouverait peut-être une entente. Cracha Éva dans sa barbe invisible et en baissant la tête. 

     

    • 10 •

     

    Malgré la sale ambiance qu'il y avait entre la mère et la fille, Evan ne put s'empêcher d'en rire intérieurement. Cette situation en quelque sorte était comique.

    - Moi, je dis qu'il y en a deux qui vont se faire étrangler par papa. Chantonna le brun en sortant de la cuisine après avoir récupéré sa boisson et retournant dans sa chambre.

     


  • • 11 •

     

    Il était 18 heures 30 quand le père de famille entra à la maison. Il était exténué et était heureux de pouvoir rentrer chez lui et de voir sa petite famille qu'il n'avait pas vue depuis le début de la matinée. Il était toujours dans sa tenue de travail et n'avait qu'une envie, prendre une bonne douche. Frank Scott. 

     

    • 11 •

     

    Cindy sortit de la cuisine et sauta dans ses bras, heureuse de le retrouver après une journée mouvementée. Celui-ci la réceptionna avant de tomber à la renverse et la serra dans les bras. 

     

    • 11 •

     

    - Toi tu t'es encore pris la tête avec Éva. Remarqua-t-il en voyant la mine sur le visage de sa femme. Cindy ne pouvait en aucun cas cacher ses émotions, elle savait très bien qu'il la connaissait par cœur.

    - Ta fille est une tête de mule.

    - Elle tient de sa mère. Rétorqua Franck en lui souriant.

    - Elle a carrément séché les deux dernières heures de cours. Parle-lui, elle t'écoutera mieux que moi.

    - Tu penses leur parler quand de tu sais qui et tu sais quoi ? Demanda-t-il restant dans le vague. Rien que d'en parler le mettait en rogne. Je pense qu'Éva a senti que tu leur cachais quelque chose, c'est pour ça qu'elle te fait la gueule.

    - Je ne sais pas.