• • 12 •

     

    Tout se passait comme il fallait en ce samedi matin, il était huit heures du matin et la plupart des habitants de cette résidence dormaient à poings fermés. Sauf une certaine blonde qui, elle, était réveillée depuis un bon bout de temps. Cette blonde qui avait une double vie pour arriver à ses fins, Abby Turner. 

     

    • 12 •

     

    Celle-ci était installée à la table de sa salle à manger en train de potasser des dossiers sur son affaire en cours.

    En effet elle n'était pas ce qu'elle disait être, une strip-teaseuse. Non, elle était bien mieux et plus haut placée, un agent de police ou plutôt une capitaine des forces spéciales de police. La plus jeune capitaine de toute l'Amérique. Elle était infiltrée pour pouvoir coincer le dealer de drogue le plus recherché des États Unis, le Robin des Bois des temps modernes comme l'avaient surnommé les citoyens de Brooklyn. Pour elle, c'était plus comme une affaire personnelle que professionnelle. Elle devait le coincer. Mais n'ayant aucune preuve contre lui, elle ne pouvait pas boucler le dossier une bonne fois pour toutes. Non, cela lui était impossible. Pour venger la mort de l'être qu'elle avait aimé, son premier amour. Cela faisait tout de même deux ans qu'elle le traquait. Au début, pendant son adolescence, elle ne faisait que le suivre partout où il allait, en essayant de ne pas se faire repérer, pour ne pas le perdre de vue jusqu'à aujourd'hui. Ainsi, elle connaissait tous ses faits et gestes ainsi que ses innombrables adresses. Elle n'avait qu'un but, faire partie du côté de la justice, être un flic.

     

    • 12 •

     

    - Tiens, je ne te pensais pas ici. Lui fit remarquer une voix arrivant de la porte d'entrée. Andrew Denver, son meilleur ami. Elle n'avait même pas entendu la porte d'entrée s'ouvrir ni les pas du jeune homme. Elle leva les yeux dans sa direction voyant le visage surpris de celui-ci.

    - Salut. Fit-elle retournant dans son dossier. Elle n'arrivait pas à voir ce qui clochait dans les documents qui se trouvaient en face d'elle. Pourquoi n'arrivait-elle pas à le coincer une bonne fois pour toutes ?

    - Tu n'es pas censée avoir passé la nuit chez Asher ? Lui demanda-t-il en allant dans la cuisine.

    - Normalement, on ne se voit que ce soir, il y a un repas de famille chez les Wilson. 

     

    • 12 •

     

    Andrew lui fit son sourire de victoire. Depuis le temps que la jeune blonde attendait qu'on l'invite dans la demeure des Wilson pour pouvoir trouver quelques indices sur « Robin des Bois ». Elle avait déjà pourtant cherché dans la demeure de ce dernier quand elle y était allée.

    - Tu vas pouvoir tâter un peu le terrain. Lui fit remarquer le brun. Elle lui fit un demi-sourire.

    - Ouais, mais rien n'est gagné. 


  • • 13 •

     

    Ashley regarda alors son meilleur ami faire des allers-retours de placard en placard à la recherche d'un objet. Celui-ci n'avait jamais eu de gêne à fouiller comme si c'était chez lui. En plus d'avoir le double des clés et de rentrer comme bon lui semblait chez Abby, il faisait souvent comme chez lui. Il n'était pas le seul, Abby faisait elle aussi pareil quand elle lui rendait visite, ils vivaient tous les deux dans le même bâtiment après tout. Elle se leva pour aller le rejoindre. 

     

    • 13 •

     

    - Qu'est-ce que tu cherches ? Lui posa-t-elle tout de même la question en avalant la dernière gorgée de son café.

    -Le dossier que j'ai caché chez toi la semaine dernière. Personne n'est venu depuis ? Je suis sûr de l'avoir laissé dans l'un des meubles.

    - Quel dossier ? Non personne n'est venu. Pourquoi caches-tu tes dossiers chez moi ? Tu es poursuivi ?

    - En quelque sorte. Mon patron est un vrai mafieux riche et arrogant. J'ai planqué un dossier très important pour la société et ils sont venus fouiner chez moi hier et ils ont tout mis sens dessus dessous. 

     

    • 13 •

     

    Ashley n'en revenait pas de ce que venait de dire Andrew. Il était aussi un flic infiltré dans un des réseaux mafieux faisant semblant d'être un simple employé. À vrai dire, il était l'acolyte d'Ashley, à peu près comme Batman et Robin. Elle s'occupait du QG de Robin des Bois, tandis que lui s'occupait des petits mafieux qui parrainaient ou étaient associés à Robin des bois.  

     

    • 13 •

     

    - Au fait, quand est-ce qu'on entre au commissariat de Brooklyn ? Demanda-t-il en se frottant le cou.

    - Vendredi prochain, si tout se passe bien.

    - Tu risques de revoir ton père. Tu n'es pas trop stressée ?

    - Pourquoi le serais-je pour un père qui m'a trahie et qui a trahi ma mère ?

     


  • • 14 •

    I

    l était à présent quatorze heures, cela faisait plus d'une demi-heure que les trois copines étaient arrivées au centre commercial et qu'elles cherchaient ce qu'elles allaient mettre ce soir. Comme convenu, elles s'étaient donné rendez-vous chez Éva et étaient parties en route pour faire du shopping et enfin trouver l'ensemble convenable pour aller à ce dîner chez les Wilson. 

     

    • 14 •

     

    Éva se demandait pourquoi le shopping existait. C'est vrai qu'elle avait l'habitude de commander ses vêtements sur internet. C'était moins cher et elle n'était pas obligée d'aller dans un magasin rempli de monde et faire la queue en caisse. Mais Tina n'était pas de cet avis, cette fille aimait tellement faire les boutiques qu'elle aurait été capable de tirer les cheveux d'Éva pour la conduire ici. D'ailleurs Jessica et l'alien avaient réussi à trouver chaussure à leur pied. Leurs robes étaient enfin dans leurs mains. Il ne manquait plus qu'Éva qui galérait à trouver ce qui pouvait lui pluire. Trop vieux, trop moches, les motifs à fleurs n'étaient réellement pas pour elle. À cet instant, elle haïssait la personne qui avait inventé le mot shopping ou encore les magasins de vêtements et de chaussures.  

     

    • 14 •

     

    - Puis-je vous aider ? Lui demanda une femme qui avait fait apparition à côté d'elle, Éva sursauta face à la jeune femme rousse et un peu boudiné du visage.

    - Oui, je veux bien. Avoua la brune en soufflant désespérée par la situation. Honte à elle de n'avoir pas trouvé quelque chose qui lui plaisait.