• • 18 •

     

    Jennifer était partie ensuite laissant le père et le fils à leurs retrouvailles bien que cela ne lui plaisait pas. La présence du fils de son ex meilleure amie l'horripilait. Elle souffla désespérément en quittant la pièce de son mari. Asher ne l'avait même pas calculée depuis son entrée dans le bureau de Tobias.

    - Donc Jennifer mettra un couvert en plus ? Demanda le quadragénaire en regardant sa femme partir avant de retourner ses yeux vers son fils.

    - Non deux. Sourit Asher hypocritement. J'amène quelqu'un. 

     

    • 18 •

     

    Dans le couloir, Jennifer lâcha quelques injures. Elle détestait ce gosse qui se croyait tout permis avec elle et n'avait qu'une envie : le gifler. Elle regrettait le fait qu'il ne soit pas resté un enfant pour lui donner une bonne correction. De quel droit la traitait-il de la sorte alors qu'elle l'avait en quelque sorte élevé comme son propre fils ? Elle avait essayé de s'entendre avec lui, mais Asher n'était pas dupe, il savait qu'elle était la cause de la mort de sa mère. Cette affaire n'avait jamais été résolue. Et Asher allait bien sûr résoudre cette affaire. C'était pour ça qu'il avait arrêté l'université et était devenu ce qu'il était aujourd'hui. 

     

    • 18 •

     

    Elle chassa tout ce qu'elle avait en tête et se dirigea dans la cuisine. Elle avait des invités ce soir et après tout il fallait qu'elle se mette aux fourneaux. Plus que quelques heures avant cette soirée qu'elle ne voulait pas voir arriver. 

     


  • • 19 •

     

    Cela faisait quelques heures que les trois meilleures copines étaient arrivées chez Éva. Cette dernière était devant sa penderie en train de mettre sa tenue pour la soirée. Elle ne voulait pas la froisser même si elle savait qu'elle allait la mettre. 

     

    • 19 •

     

    Jessica et Tina étaient allongées sur le lit de la jeune Scott regardant leur amie désespérément. Elles se demandaient ce qu'elle faisait.

    - Tu sais, ça ne sert à rien de ranger ta tenue. Lui fit remarquer Tina. Nous allons nous préparer dans pas longtemps.

    - J'ai peur de la froisser. Dit Éva en rangeant ses chaussures.

    - Tu as peur de paraître comme une plouc ? Tu l'es déjà je te ferais remarquer. Fit Jessica, ce à quoi Tina explosa de rire. 

     

    • 19 •

     

    Éva se retourna pour leur faire face. Ses deux meilleures amies étaient toujours vaches avec elle. Elle leur fit la grimace en mettant ses deux mains sur les reins.

    - Vous n'avez jamais frôlé la mort vous ? Demanda-t-elle furieuse et vexée.

    - Rooh, ça va, on rigole. Fit remarquer Tina.

    - Bande de pouffiasses. Éva sauta sur ses deux meilleures amies et les bombarda de chatouilles. Elle ne pouvait pas leur en vouloir trop longtemps. 

     


  • • 20 •

     

    Il était dix-neuf heures, le soleil n'était pas encore couché et la soirée n'avait pas commencé que Jennifer Wilson était en train de se préparer. Elle détestait la secrétaire de son mari, Cindy Scott, car, étant trop proche de son mari, celui-ci ne pouvait pas s'empêcher de l'inviter dans sa demeure. Pourquoi diable voulait-il inviter quelqu'un qui n'était pas de leur statut social ? Encore une fois, elle devrait jouer son hypocrite en les accueillant avec son éternel sourire. On comprend maintenant pourquoi elle n'avait pas de réels amis. Le pire était que Cindy Scott avait voulu emmener avec elle ses deux meilleures amies, la femme d'un brillant avocat et l'ex-femme d'un médecin réputé et porté disparu à ce jour. Elle aurait voulu mettre du poison dans leur repas pour ne plus entendre parler d'elle. Jennifer était d'un sadisme. 

     

    • 20 •

     

    Mais pour son mari, elle acceptait tout. Même le fait qu'il avait un fils qu'elle détestait plus que tout au monde. Elle n'était pas dupe, elle savait qu'il cachait ses véritables activités. Elle savait qu'il n'était pas clean mais n'avait pas réellement de preuve pour en parler à son mari. Lui qui disait qu'il avait monté une boîte. 

     

    • 20 •

     

    Elle était sortie de sa chambre et retournait au rez-de-chaussée attendant que les invités arrivent. Son mari était installé sur le canapé attendant, lui, patiemment la venue de ses invités.